514-858-6484 / 1-877-858-6484
EN
514-858-6484 / 1-877-858-6484
EN

Trouble du spectre de l’autisme (TSA)

Troubles du spectre de l'autisme (TSA)

Les troubles du spectre de l'autisme (TSA)

Le trouble du spectre de l’autisme est un trouble neurodéveloppemental qui touche principalement la communication socioémotionnelle et donc la réciprocité sociale combinée à la présence d’intérêts restreints et stéréotypés chez le petit, le jeune ou l’adulte autiste.

Certains enfants vont présenter des symptômes autistiques très tôt dans leur développement ou un retard global de développement, ce qui alertera les parents et souvent les éducatrices du milieu de garde. D’autres enfants n’ont pas de retard langagier ou moteur ; ce n’est qu’à l’école que les symptômes peuvent devenir manifestes.

Les TSA englobent aujourd'hui tant les troubles autistiques, que le syndrome d'Asperger ou encore le TED-ns

On parlait auparavant de « troubles envahissants du développement » (TED), expression générique référencée dans le DSM-IV, qui englobait les troubles suivants : le trouble autistique (ou autisme de haut niveau), le syndrome d’Asperger, le trouble envahissant du développement – non spécifié (TED-ns), le syndrome de Rett (SR) et le trouble désintégratif de l’enfance (TDE). Avec la publication du DSM-5 en mai 2013, le syndrome de Rett et le trouble désintégratif de l’enfance ne font plus partie de la catégorie des troubles du spectre de l’autisme alors que le trouble autistique, le syndrome d’Asperger et le TED-ns sont regroupés sous le terme « trouble du spectre de l’autisme » (TSA). Il n’y a maintenant qu’une seule appellation pour ces troubles, bien que les personnes, enfants ou adultes, ayant un TSA peuvent se distinguer les unes des autres. Voilà pourquoi on parle DES troubles du spectre de l’autisme.

Les manifestations

Trouble autistique

D’après les critères diagnostiques, voici les principales manifestations des troubles du spectre de l’autisme :

  • le jeune enfant ne se retourne pas lorsque ses parents s’adressent à lui
  • les tours de rôle dans la conversation ne sont pas acquis
  • l’enfant a tendance à faire des monologues, à ne pas questionner l’autre
  • les questions ouvertes ne sont pas comprises et l’enfant préfère répondre à des questions fermées
  • difficulté à partager ses pensées et ses sentiments
  • manque d’empathie
  • contact visuel fuyant ou pauvrement modulé à l’interaction sociale
  • pas d’utilisation ou mauvaise utilisation du pointé du doigt
  • incompréhension de l’attention conjointe
  • l’expression gestuelle pour décrire, pour informer ou pour mettre de l’emphase sur le discours est déficitaire ou absente
  • difficulté de compréhension et d’utilisation des signes et des codes sociaux
  • difficulté à interpréter les émotions exprimées par les mimiques des interlocuteurs
  • absence de comportements d’anticipation sociale (par exemple, tendre les bras lorsqu’un parent s’apprête à le prendre)
  • décodage des intentions et des pensées des autres lacunaire
  • difficulté à savoir quand et comment se joindre à une conversation
  • manque d’intérêt pour partager ses jeux ou ses plaisirs, préfère les jeux solitaires
  • absence de geste de sollicitation aux jeux
  • application des règles du jeu est plus importante que le plaisir lié à l’activité
  • absence de jeux de mimes, de cache-cache, peu de jeux de rôles
  • maniérismes des mains, sautillements et tournoiements
  • utilisation de phrases stéréotypées souvent tirées d’émission de télévision ou de jeux vidéo
  • joue peu de manière conventionnelle avec les jouets : aime aligner, monter en tour ou faire tomber des objets
  • un changement mineur de son quotidien peut souvent être la cause d’une détresse
  • l’enfant exige l’établissement d’une routine pour bien fonctionner
  • très sélectif dans ses choix alimentaires
  • intérêts restreints, par exemple : jeux vidéo comme Minecraft, un intérêt intense pour les blocs Lego, les livres encyclopédiques, les Manga et ils ont un thème de prédilection (trains, dinosaures, etc.)
  • intérêts pour la mécanique des objets (exemple, ouvrir et fermer les portes, faire tourner les roues, assembler/démonter certains objets)
  • défenses auditives devant les bruits forts (ex. les bruits de mécanique ou les pleurs de bébé)
  • intérêts pour les lumières qui scintillent ou l’eau qui tourne
  • recherche certaines sensations tactiles (un tissu) ou évite certaines textures
  • écart de température mal décodé
  • grande tolérance à la douleur
  • aversion aux touchers non prévisibles
  • signaux de faim ne sont pas bien perçus ou ressentis

Approche et traitements

Le degré de sévérité des symptômes et le niveau de fonctionnement des jeunes qui présentent un TSA sont si hétérogènes d’une personne à l’autre que la rééducation est conséquemment très diversifiée. Il est important de comprendre que la rééducation a comme objectif premier la diminution de l’impact au quotidien des déficits cognitifs et/ou des difficultés de communication et de socialisation qui caractérisent les enfants TSA plutôt que leur normalisation.

L’évaluation neuropsychologique permettra d’orienter l’enfant vers les ressources appropriées dépendamment des objectifs d’intervention visés. Ainsi, une personne peut être référée en orthophonie, en ergothérapie, en orthopédagogie , en psychoéducation, en psychologie ou encore orientée, avec sa famille, vers des services spécialisés, que ce soit au CENOP ou à l’extérieur (CRDI-TED, CSSS, établissements spécialisés, etc.). Au CENOP, il est possible d’avoir des suivis à domicile ou au Centre par des professionnels spécialisés en autisme.

L’évaluation des troubles du spectre de l’autisme (TSA)

L’évaluation d’un trouble du spectre de l’autisme réalisée au CENOP permet de poser le diagnostic neuropsychologique de trouble du spectre de l’autisme (TSA), ou d’écarter cette hypothèse, en plus de préciser le potentiel intellectuel de la personne allant de la déficience intellectuelle à la douance.

1e rencontre

À la première rencontre, l’entrevue avec les parents est essentielle pour recueillir toutes les informations nécessaires afin de dresser un portrait juste de l’enfant, l’adolescent ou l’adulte de son développement et de ses symptômes. Pour ce faire, le neuropsychologue accorde une grande importance aux sphères de la communication, de la socialisation et aux comportements atypiques présents depuis la petite enfance. Une attention particulière est portée à la période de 0-2 ans, de 4-5 ans et à la période en cours. L’utilisation de questionnaires remplis par les parents et les différents intervenants permet aussi d’identifier les comportements atypiques, répétitifs ou les intérêts restreints de l’enfant dans ses différents milieux de vie.

2e rencontre

Une seconde rencontre a ensuite lieu pendant laquelle la neuropsychologue socialise avec la personne en évaluation. L’évaluation s’inscrit dans une démarche multidisciplinaire, incluant la participation minimale de deux professionnels (neuropsychologue, technicienne en éducation, psychoéducateur, intervenante en autisme, orthophoniste). Les professionnels du CENOP sont formés pour l’utilisation de l’ADI-R et accrédités pour l’utilisation de l’ADOS-2, outils reconnus des chercheurs et des cliniciens pour appuyer le diagnostic psychologique de TSA.

Enfin, une évaluation du potentiel intellectuel est réalisée au cours du processus d’évaluation.

Suggestions de lectures

Scolariser un enfant avec autisme

Lui permettre d’acquérir de l’autonomie. Croire en ses potentialités et les développer. Communiquer avec calme.

Des élèves qui ne sont pas stupides…
Élisabeth BINTZ désire montrer de quelle façon une scolarisation permet de développer les potentialités, parfois remarquables, de ces enfants.
Le livre tente de répondre à deux questions fondamentales : « Pourquoi et comment scolariser ces élèves ? » Si le « pourquoi » ne se discute pas dans la mesure où la réponse se trouve dans un texte de loi, la seconde question relative au « comment », moins évidente, constitue l’essentiel du contenu de ce « manuel pédagogique » qui concerne aussi les parents soucieux de suivre la scolarité de leur enfant et de comprendre les problèmes qu’il rencontre à l’école.

Par Elisabeth Bintz, aux éditions Tom Pousse

Acheter ce livre