514-858-6484 / 1-877-858-6484
EN
514-858-6484 / 1-877-858-6484
EN

La Déficience intellectuelle - DI

Dyspraxie: Trouble d'acquisition de la coordination (TAC) ou Trouble de la motricité

Retard mental ou Handicap intellectuel

La déficience intellectuelle (DI), ou le handicap intellectuel selon les ouvrages de référence sont un trouble neurodéveloppemental débutant pendant la période de développement (avant 18 ans). Elle se caractérise par une atteinte significative du fonctionnement intellectuel et des comportements adaptatifs, ce qui a des répercussions sur plusieurs habiletés pratiques du quotidien et de la vie sociale de la personne.

Les comportements adaptatifs regroupent les compétences sociales et le respect des normes sociales, l’autonomie au quotidien (à la maison, à l’école ou dans un nouveau milieu), la capacité à s’occuper de soi-même dans la vie, à s’adapter à son environnement.

Le fonctionnement intellectuel est défini par le potentiel ou quotient intellectuel. On le mesure par des tests d’intelligence qui évaluent le raisonnement langagier ainsi que le raisonnement logique et visuospatial. La vitesse de traitement (ou vitesse d’exécution) et la mémoire de travail (la capacité à mémoriser ou à garder en tête une séquence d’informations telles des consignes, une suite de chiffres ou de mots) font aussi partie de l’évaluation du potentiel intellectuel.

Une déficience intellectuelle peut avoir différentes origines. Elle peut être sans origine connue ou s’inscrire comme manifestation d’un syndrome génétique. La DI peut s’accompagner ou non d’épilepsie, de troubles de comportements, d’un trouble du spectre de l’autisme (TSA), d’une dyspraxie, d’un trouble déficitaire de l’attention, etc. Les caractéristiques de la déficience intellectuelle seront différentes selon le syndrome, mais aussi, deux personnes ayant un même syndrome et fonctionnant toutes deux au niveau de la déficience intellectuelle peuvent avoir des profils distincts l’un de l’autre.

Ainsi, il est difficile de décrire les manifestations typiques d’une personne ayant une DI, puisqu’elles varient d’un individu à l’autre. Certains jeunes ont aussi des troubles d’apprentissage concomitants, dont une dyslexie-dysorthographie. Or, ce ne sont pas tous les enfants ayant une déficience intellectuelle qui sont dyslexiques, même si l’apprentissage de la lecture peut avoir pris plus de temps qu’attendu. Par contre, la compréhension de textes et la sphère des mathématiques sont souvent très difficiles pour les jeunes et ces difficultés persistent à l’âge adulte, à des degrés variables. Le choix de l’orientation scolaire n’est pas toujours un facile à faire pour les parents ni les démarches ultérieures pour l’entrée dans la vie professionnelle.

L’évaluation de la déficience intellectuelle au CENOP

Le diagnostic neuropsychologique de déficience intellectuelle exige d’abord une évaluation du potentiel intellectuel (dont le raisonnement verbal et logique). Ensuite, l’évaluation des comportements adaptatifs se fait à l’aide de questionnaires que remplissent les parents et les intervenants scolaires ou du milieu de vie de la personne (TÉS, psychoéducateur, etc.).

Si l’enfant est en bas âge ou qu’il n’a pas encore 6-7 ans, il est possible que le diagnostic neuropsychologique de déficience intellectuelle ne puisse être posé définitivement. On parlera alors d’un retard global de développement.

L’évaluation neuropsychologique aura comme objectif de statuer si l’enfant, l’adolescent ou l’adulte présente un fonctionnement au niveau de la déficience intellectuelle. Il sera entre autres possible d’établir la sévérité de la DI (légère, modérée ou sévère). L’évaluation servira aussi à décrire le profil cognitif de la personne, les sphères les mieux développées et les déficits les plus marqués. Cela aidera à orienter les pistes d’intervention et l’orientation scolaire ou professionnelle en fonction des forces sur lesquelles s’appuyer et des troubles à pallier ou à contourner.

S’il y a lieu, une évaluation des apprentissages (lecture, écriture, mathématique) sera effectuée pour situer le niveau scolaire de la personne ou pour diagnostiquer un trouble spécifique des apprentissages.

Accompagnement : soutien et rééducation

Malgré la nature persistante de ce trouble, il peut être important d’offrir aux enfants et aux adolescents qui ont une DI un soutien orthopédagogique qui lui permettra d’évoluer, de s’outiller et d’apprendre à optimiser leurs forces pour exprimer leur potentiel.

Une fois le diagnostic posé et la nature du trouble explicitée, la rééducation s’oriente alors selon les besoins et les caractéristiques du jeune. Un suivi individuel en orthopédagogie peut cibler l’apprentissage d’une matière ou compétence spécifique, la mise en place de stratégies d’apprentissage, etc.

L’intervention d’autres professionnels peut également être indiquée (ergothérapeutes, psychoéducateurs, etc.), ce que l’évaluation neuropsychologique permet d’identifier.

Ressources

Liens externes pour la déficience intellectuelle