514-858-6484 / 1-877-858-6484
514-858-6484 / 1-877-858-6484

Thérapie de la gestion des tics

Thérapie de la gestion des tics

La thérapie se déroule habituellement à une fréquence d’une rencontre hebdomadaire de 50 minutes. La fréquence des rencontres et la durée de la thérapie sont discutés entre le thérapeute et le client et peuvent être amenées à changer.

Grimaces faciales, hochements de tête, cris stridents, sifflements, etc.

Au CENOP, certains neuropsychologues ont développé une expertise dans la gestion des tics et offrent des services de thérapie.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est conçue pour les enfants de 8 ans et plus, ainsi que pour les adolescents et les adultes, qui sont aux prises avec un trouble tic ou un syndrome de Gilles de la Tourette (SGT). Deux approches distinctes sont offertes1.

La personne intéressée par ce type de suivi appelle la coordonnatrice des services cliniques qui lui donnera une date pour un premier rendez-vous. Lors des premières rencontres, le neuropsychologue discutera avec la personne en consultation pour comprendre son historique, sa situation et ses attentes face à la gestion de ses tics. Les échanges entre le patient et le thérapeute amèneront ces derniers à choisir l’approche qui convient le mieux.

Deux approches pour la thérapie de gestion des tics

Intervention comportementale pour les tics

(Comprehensive behavior intervention therapy - CBIT) de Woods

Cette thérapie est inspirée de l’approche par renversement d’habitudes. Elle traite la gestion des pulsions ou des tensions qui favorisent l’émergence d’un tic en enseignant aux patients une réponse incompatible à la production du tic (un mouvement antagoniste). Durant les rencontres, une restructuration cognitive et comportementale est introduite combinée à des techniques de relaxation afin de réduire l’apparition de situations à haut risque de déclencher les tics.

L’approche cognitive physiologique

(CoPS - Façotik) d’O’Connor et Leclerc

Cette thérapie vise une prise de conscience des tics en déterminant les situations à haut risque et à faible risque d’apparition des tics. On introduit durant les rencontres des techniques de relaxation sans proposer de mouvement antagoniste des tics. L’approche se concentre sur l’identification des cognitions erronées (les pensées erronées) qui se manifestent durant les tics. L’approche s’inscrit dans une démarche préventive s’appuyant sur une bonne gestion du stress.