514-858-6484 / 1-877-858-6484
514-858-6484 / 1-877-858-6484

Préparation à la maternelle et acquis scolaires

Préparation à la maternelle et acquis préscolaires

Lorsqu’un enfant fait ses premiers pas vers l’école, il est fréquent que les parents aient certaines inquiétudes. Toutefois, si celles-ci sont étayées par les éducatrices qu’a côtoyées l’enfant et si elles persistent malgré la maturation, une consultation en psychologie ou vers un professionnel spécialiste de la petite enfance (orthophoniste ou ergothérapeute, par exemple) peut être bénéfique.

Comme on peut le lire : « Les services d’éducation préscolaire ont pour but de favoriser le développement intégral de l’élève par l’acquisition d’attitudes et de compétences qui faciliteront la réussite de ses parcours scolaire et personnel et de lui permettre de s’intégrer graduellement dans la société. » (Régime pédagogique de l’éducation préscolaire, de l’enseignement primaire et de l’enseignement secondaire. Loi sur l’instruction publique).

L’enfant qui entre en maternelle sera amené à se développer sur les plans de l’autonomie, de la socialisation et sur le plan affectif. Il sera exposé à des activités ludiques pour la plupart, où il développera aussi son langage, les bases de la lecture, le raisonnement logique et les bases de la numératie.

Problèmes de comportement

Caractéristiques des enfants de 4-5 ans

L’enfant d’âge préscolaire se développera de plusieurs façons, ce que l’on peut regrouper en cinq grands domaines :

Domaine physique et moteur :

Un intérêt marqué pour les activités de manipulation et d’exploration émerge. La coordination et l’équilibre deviennent suffisants pour synchroniser les mouvements et les enfants parviennent à dissocier des mouvements entre les différentes parties de leur corps. La dextérité devient de plus en plus contrôlée (ex. pâte à modeler, constructions avec des blocs).

Ils ont tendance à se définir à partir de caractéristiques visibles (ex. couleur et longueur de leurs cheveux, jouets, vêtements) et commencent à avoir un jugement spatial de leur environnement (ex. proche ou loin, plus gros ou plus petit).

Domaine affectif :

À 4 ans, les enfants ont encore besoin de recevoir un soutien pour explorer leur environnement avec confiance. Ils prennent conscience de la place qu’ils occupent au sein de leur famille et deviennent sensibles au regard des autres. Ils ressentent de la fierté lorsqu’ils sont capables de contribuer à l’atteinte d’un but commun (ex. faire un casse-tête à deux). Tranquillement, ils vont apprendre la maitrise de leurs émotions, par diverses expériences, sans toujours parvenir à se maitriser. Ils peuvent souvent surestimer leurs compétences et ne sont pas toujours conscients des limites qu’ils doivent respecter.

Domaine social :

Les enfants de 4-5 ans tiennent de plus en plus compte de la présence de l’autre, en privilégiant des comportements socialement acceptables (prêter, emprunter, donner, aider, accepter, échanger ou attendre). Ils réalisent qu’ils évoluent dans un milieu social de plus en plus large incluant la famille, l’éducatrice, les amis, etc. Ils vont nouer leurs premières amitiés et la coopération avec l’autre pour atteindre un objectif commun émergeant. La conscience sociale se développe et ils prennent justement conscience de ce qui est convenable ou non dans telle ou telle autre circonstance.

Domaine du langage oral et de la littératie :

Entre 4 et 5 ans, le langage devient de plus en plus un outil social. L’enfant commence à converser avec l’adulte ou un autre enfant et utilise de plus en plus le langage oral pour établir et maintenir des relations. Leur vocabulaire se bonifie de manière marquante en utilisant des mots nouveaux, des énoncés plus longs. Leur discours inclus de plus en plus de petits mots tels mais, aussi, ou, avant, après, dans, entre, sur, sous, etc. Ils saisissent relativement bien le sens de questions plus complexes.

Les prérequis au développement des processus de lecture se mettent en place : ils sont en mesure de percevoir les sons entendus, de dégager le sens de mots formés par des sons et ils sont sensibles aux rimes. Ils commencent à s’intéresser à l’écrit et à porter attention aux symboles utilisés pour communiquer à l’écrit et commencent à tracer les lettres de leur prénom.

Domaine cognitif et numératie :

Les enfants de 4 et 5 ans ont un niveau d’activité intense et préfèrent les activités de courte durée. Ils passent souvent d’une activité à une autre, s’intéressant à tout ce qui sollicite leur attention immédiate. Ils commencent à construire leurs premières ébauches de concepts, ce qui peut les amener parfois à commettre des erreurs sur le plan du raisonnement. Ils envisagent encore le monde sur un mode perceptif plutôt que logique : plus c’est gros, plus c’est grand, plus ça prend de la place, plus il y en a. Ils peuvent comparer des quantités d’objets et utiliser des mots tels que plus ou moins et ils commencent à compter de plus grands ensembles et à explorer les figures et les mesures. Ils apprennent tranquillement à se situer dans le temps (avant/après la sieste, le premier ou le dernier).

Le document du gouvernement du Québec pour les parents intitulé « Informations à l’intention des parents. Votre enfant entre à la maternelle. » est disponible cliquez ici.

Prêts pour la maternelle ?

Dans un article publié par Enfants Québec (Enfants Québec, février-mars 2016), on y lisait que « Le quart des enfants qui arrivent en maternelle ne sont pas bien préparés. Plusieurs souffrent de retards moteurs ou d’apprentissage du langage, certains manquent de vocabulaire ou ont du mal à gérer leurs émotions, c’est-à-dire à exprimer ce qu’ils ressentent correctement ». France Capuano, professeure au département d’éducation et formations spécialisées UQAM

Certains parents voient que leur enfant :
  • parle peu
  • semble trop agité ou impulsif
  • parait peu attentif lorsqu’on lui raconte une histoire
  • manque de maturité
  • dessine rarement ou très maladroitement
  • démontre peu d’intérêt pour les tâches de type papier-crayon
  • est encore bien timide
  • fait beaucoup de crises de larmes ou de colère
  • etc.

Il est possible de soutenir le développement de son enfant, de l’aider à développer son autonomie, sa confiance en soi. Vers l’âge de 4 et 5 ans, l’enfant n’a pas besoin de « savoir lire » avant la maternelle . Le préparer, c’est lui donner le goût d’apprendre. Apprendre, c’est se tromper et faire des erreurs, puis recommencer et s’améliorer.

Les écrits sur la petite enfance au début de la scolarisation ciblent presque tous certains comportements que peuvent adopter les parents comme étant particulièrement importants, parce qu’ayant un impact sur le développement.

Lire, lire, lire… Lire des histoires et regarder des livres avec son enfant peut lui donner le goût de la lecture, tout en enrichissant son vocabulaire et l’habituant à la forme des lettres. Jouer avec les sons, faire des comptines, chanter des chansons.

Parler et échanger avec son enfant... Nommer ses émotions, multiplier les occasions où l’enfant peut parler avec d’autres enfants comme avec d’autres adultes, qu’il connait bien ou qu’il connait peu.

Jouer, bouger, aller dehors... L’enfant explorera son quartier, son environnement. Au parc, il vivra sans doute des imprévus ou sera confronté à certaines de ses limites. Il devra apprendre à attendre son tour et aura sans doute à partager. Il y aura des routines auxquelles il s’habituera. Jouer à l’intérieur aussi : apprendre à gagner… et à perdre ! Créer… dessiner, couper, coller, puis ranger.

Si un parent veut en lire plus sur le sujet, ce lien est intéressant :
https://aidersonenfant.com/transition-vers-maternelle/

Les parents qui sont inquiets du développement de leur enfant peuvent rencontrer une orthophoniste ou une neuropsychologue du CENOP. Le professionnel pourrait alors faire une évaluation orthophonique ou neuropsychologique , selon la nature des retards observés.