514-858-6484 / 1-877-858-6484
514-858-6484 / 1-877-858-6484

Étiologie

Retour à la fiche Troubles associés à la dysphasie

Depuis les premiers travaux de Broca et Wernicke à la fin du 19ème siècle et les études anatomo-cliniques qui les ont suivis, il est bien reconnu maintenant que l’hémisphère gauche traite prioritairement le langage alors que l’hémisphère droit n’y apporte qu’une contribution secondaire. Considérant l’ampleur des problèmes de langage observés chez l’enfant dyphasique, il serait raisonnable de s’attendre à un affaiblissement de l’hémisphère gauche. Bien que la dysphasie soit, en effet, la résultante d’une atteinte neurologique, les techniques d’imagerie cérébrale actuelles ne permettent généralement pas de détecter un site lésionnel anatomique spécifique comme c’est le cas dans l’aphasie acquise chez l’adulte. Des hypothèses de malformations micro-architecturales (Cohen, Campbell et Yaghmai, 1989) ont été avancées mais aucune d’entre elles n’a été démontrée sauf dans certains cas de complications néonatales.

L’imagerie par résonance magnétique peut quelquefois mettre en évidence des anomalies morphologiques surtout dans les régions péri-sylviennes gauches associées à une absence de l’asymétrie du planum temporale. (Cohen, et al. 1989 ; Jernigan et al., 1991). Les études morphométriques peuvent, elles aussi, révéler des absences ou des inversions de l’asymétrie du planum temporale, une diminution volumétrique du cortex préfrontal gauche ou du pariétal supérieur droit (Échenne, 1997). L’imagerie fonctionnelle apporte plus d’espoir en situation de test mais elle est encore rarement utilisée chez l’enfant. Quant aux études électroencéphalographiques, elles rapportent une incidence élevée d’anomalies épileptiques infra cliniques sur l’EEG de sommeil qui toucheraient surtout les dysphasies réceptives (Cheliot-Herault et al. 1994). Des décharges bilatérales entraînent un syndrome de Landau-Kleffner , agnosie verbale acquise (Hirsch, Marescaux et Maquet, 1990). Des études récentes ont également démontré que la présence de convulsions fébriles ou d’un status epilepticus (convulsion durant 30 minutes ou plus) survenant durant la période critique d’élaboration du langage (entre 18 et 23 mois) pouvait entraîner des séquelles permanentes. Certains auteurs ont de ce fait préconisé un traitement préventif avec des antiépileptiques auprès de cette population à risque (Deltour, 1998 ; Lussier et al., 1996).

Par Francine Lussier, Ph.D.
Neuropsychologue
Directrice des activités cliniques et scientifiques au Centre de formation CENOP Inc.
Professeure associée au Département de psychologie de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)

Retour à la fiche Troubles associés à la dysphasie